La CSDM écarte une commissaire du conseil exécutif

Article publié par Marie-Michèle Sioui dans Le Devoir le 10 juin 2016

Quelques jours après avoir quitté le mouvement de la présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel Bourdon, voilà que la commissaire Violaine Cousineau se trouve écartée de son poste au sein du conseil exécutif.

La nouvelle est arrivée par la poste, jeudi : en lisant les documents qu’elle a reçus à l’approche du prochain conseil des commissaires, le 15 juin, Violaine Cousineau a constaté la présence d’une proposition visant à révoquer son mandat à titre de membre du conseil exécutif.

« Eh bien ! Je viens de recevoir par la poste ma récompense pour m’être opposée aux compressions en éducation », a réagi Mme Cousineau sur sa page Facebook.

Vendredi dernier, elle a quitté le parti de Catherine Harel Bourdon avec les commissaires Jean-Denis Dufort et Jean-François Gosselin. « Dans la dynamique actuelle et compte tenu des enjeux majeurs qui se dessinent en éducation, il y a nécessité de récupérer une liberté de parole qui est difficilement compatible avec la pratique de la ligne de parti », ont écrit les commissaires, pour justifier leur départ du Mouvement pour une école moderne et ouverte (MÉMO).

« Ça fait 15 ans qu’il y a une équipe unique [à la CSDM]. Il y a des habitudes de fonctionnement à l’intérieur d’un caucus qui arrive a des positions consensuelles », a avancé Mme Cousineau quand on lui a demandé ce qui justifiait, à son avis, la proposition voulant qu’on mette fin à son mandat.

La dissension exprimée par Mme Cousineau, M. Dufort et M. Gosselin, au moment des votes sur les plans d’effectifs des directions d’établissement et de l’effectif global de la CSDM, en avril et mai, aurait vraisemblablement isolé les commissaires. Ceux-ci ont donc choisi de devenir indépendants et de quitter le MÉMO, qui a raflé les 12 postes de commissaires aux dernières élections scolaires.

Selon l’ordre du jour que Le Devoir a consulté, la candidature de Diane Beaudet, du MÉMO, sera proposée afin qu’elle termine le mandat de Violaine Cousineau au conseil exécutif. Appelée à réagir, la conseillère stratégique de Catherine Harel Bourdon, Christine Mitton, a répondu qu’elle ne pouvait pas commenter les documents qui seront au conseil exécutif.

Pour voir l’article original, cliquez ici.

Contactez-nous