Laval: 22 classes spécialisées de moins à la rentrée

Article de Chloé Marriault de La Presse - Crédit photo Ivanoh Demers Archives La Presse

Confrontée à une augmentation constante du nombre d’élèves, la Commission scolaire de Laval (CSDL) fermera 22 classes spécialisées à la rentrée prochaine. Une mesure qui s’explique par un manque d’espace et qui aura pour conséquence d’augmenter le nombre d’enfants par classe.

« Ce sont des élèves vulnérables, qui ont de grands besoins », s’inquiète André Arsenault, responsable du dossier Élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (EHDAA) et membre du conseil d’administration du Syndicat de l’enseignement de la région de Laval. « Les enseignants auront moins de temps pour chacun. Cela va affecter la réussite des élèves. »

Enseignant en adaptation scolaire depuis 21 ans, M. Arsenault a eu pendant 10 ans une classe TSA. « Dans un groupe, quand on ajoute un élève, on affecte tous les autres de la classe. Ce sont des élèves anxieux, qui peuvent transmettre leur inquiétude aux autres membres du groupe. Il faut donc un suivi très personnalisé », dit-il.

« On aura du mal à les amener au maximum de leur potentiel. »

– André Arsenault, responsable du dossier Élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage

De son côté, la CSDL se veut rassurante. « Cette décision ne met pas en péril la réussite de nos jeunes », dit sa présidente, Louise Lortie.

PLUS D’ÉLÈVES, MOINS DE CLASSES

À la CSDL, il y a actuellement 141 classes spécialisées en trouble du spectre de l’autisme (TSA), soutien langagier et soutien émotif. La décision d’en fermer 22 a été prise même si le nombre d’élèves au primaire et au secondaire passera de 1183 à 1248 dans ces classes, soit une hausse de 65 élèves.

Comment justifier ces fermetures ? Cela « s’explique principalement par l’hypercroissance de notre clientèle scolaire dont le rythme est tel que même si nous réalisons plusieurs projets de construction et d’agrandissement d’écoles, nous devons trouver des solutions pour accueillir tous nos élèves », justifie Louise Lortie.

En effet, l’augmentation réelle du nombre de jeunes au primaire et au secondaire a dépassé les prévisions du ministère de l’Éducation.

Faute d’espace, la quasi-totalité des écoles primaires a sacrifié des bibliothèques, des locaux de musique et d’arts pour accueillir un nombre grandissant d’élèves. Dans certaines écoles, la CSDL doit même installer des unités modulaires (roulottes) pour scolariser les élèves, en attendant de nouvelles constructions.

Mais ces efforts ne sont pas suffisants, et la CSDL a dû faire des compromis. Ainsi, les classes spécialisées fermées seront occupées par d’autres classes « classiques ».

Conséquence de ces fermetures : il y aura, en moyenne, un élève de plus par classe au primaire et deux élèves de plus par groupe au secondaire dans ces classes spécialisées. Alors, pour soutenir les établissements et les enseignants dans ce changement, 1287 heures hebdomadaires supplémentaires seront attribuées à des techniciens d’éducation spécialisée (TES) en 2018-2019 dans les classes maintenues. Cela correspond à l’équivalent de 46 TES à temps plein. Ce soutien s’ajoute aux TES déjà en poste dans l’ensemble des écoles qui accueillent des classes TSA pour prodiguer soutien langagier et soutien émotif.

« ON COUPE SUR L’ENSEIGNEMENT »

Pour Julie Ricard, présidente du Comité consultatif des services aux élèves handicapés et aux élèves en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (CCSEHDAA) de la CSDL, l’allocation de nouvelles heures aux TES est une bonne mesure, quoi qu’insuffisante.

« Les TES n’ont pas le même rôle que l’enseignant. En fermant des classes, on coupe sur l’enseignement. »

– Julie Ricard, présidente du CCSEHDAA

« On est pris au piège par des décisions passées », fustige Julie Ricard. Alors que le nombre d’élèves est en constante évolution à Laval depuis des années, elle regrette le manque d’anticipation. « Des écoles ont été fermées. Il aurait fallu planifier l’évolution des infrastructures à long terme avec la Ville. Et même si des écoles vont être construites, cela va prendre du temps. »

6800 ÉLÈVES DE PLUS D’ICI 2032

Ces dernières années, la CSDL dit avoir « augmenté sa capacité d’accueil par l’acquisition de bâtiments pouvant être revitalisés, l’agrandissement et le réaménagement d’écoles et de locaux polyvalents, le déménagement d’écoles, etc. ». D’autres projets de construction et d’agrandissement sont en cours. Une nouvelle école devrait, entre autres, bientôt ouvrir dans le secteur de Vimont-Auteuil, et les travaux d’une nouvelle école primaire au parc de Cluny, dans le secteur Laval-des-Rapides, devraient débuter d’ici quelques semaines.

Selon les prévisions du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur datant de mars 2018, la CSDL devra accueillir 6800 élèves additionnels dans ses écoles primaires et secondaires d’ici 2032. « Pour imager l’ampleur de cette croissance, il faudrait construire l’équivalent de 11 nouvelles écoles primaires afin de répondre aux besoins de tous ces nouveaux élèves », dit Louise Lortie.

10 000

Au cours des cinq dernières années, ce sont plus de 10 000 élèves additionnels que la CSDL a accueillis dans ses établissements, tant au primaire et au secondaire qu’au secteur des adultes et de la formation professionnelle.

Cliquez ici pour voir la version originale de l’article

Contactez-nous